Arrêter de fumer, envie de fumer, la dépendance au tabac, La dépendance physique, Les méthodes pour arrêter de fumer, Nicotine, patch de nicotine, substituts nicotiniques, symptômes à l'arrêt du tabac, Test de Fagerström

Les substituts nicotiniques

Pour surmonter la sensation de manque due à la dépendance physique, vous pouvez avoir recours aux substituts nicotiniques.

Si vous avez un Test de Fagerström égal à 3 ou 4, vous pouvez arrêter de fumer sans avoir recours à un substitut nicotinique. Mais en cas de manque ou de difficultés passagères (irritabilité, manque, envie très forte de fumer, sensation de faim…) vous pouvez éventuellement prendre un substitut nicotinique. A parti de 5 au Test de Fagerström ils sont fortement recommandés.

Tous les substituts nicotiniques, quelle que soit leur forme, obéissent au même principe : ils diffusent de la nicotine de manière lente et régulière, contrairement aux pics que procure la cigarette, et permettent ainsi au fumeur de se libérer petit à petit de sa dépendance physique. Leur efficacité dans le traitement de la dépendance physique est largement démontrée par les études scientifiques. Ce traitement double, voire triple les chances d’arrêt à un an.

La durée d’un traitement substitutif nicotinique est variable d’un individu à l’autre.

Il existe plusieurs formes de substituts :

  • Les patchs (forme transdermique)  qui agissent une fois collés sur la peau
  • Les gommes à mâcher, inhaleur, le spray ou les comprimés à la nicotine à sucer ou à faire fondre sous la langue (formes orales).

L’utilisation conjointe de plusieurs formes de substitut nicotinique est conseillé. L’efficacité du traitement est même alors renforcée !

L’Assurance Maladie vous accompagne dans l’arrêt du tabac. Elle rembourse, sur prescription, les substituts nicotiniques.

Ces traitements peuvent être prescrits par de nombreux professionnels de santé : médecins (y compris le médecin du travail), sages-femmes, infirmiers, chirurgiens-dentistes, masseurs-kinésithérapeutes. Les sages-femmes peuvent aussi les prescrire à l’entourage de la femme enceinte ou accouchée. Une prescription d’un de ces professionnels est nécessaire pour pouvoir bénéficier d’un remboursement.

Depuis le 1er janvier 2019, les substituts nicotiniques sont remboursés à 65 % par l’Assurance Maladie. Le ticket modérateur peut être pris en charge par votre complémentaire santé.

Consultez la liste des substituts nicotiniques pris en charge par l’Assurance Maladie.

Il est possible d’utiliser des substituts nicotiniques à partir de l’âge de 15 ans.

Arrêter de fumer, envie de fumer, stress, symptômes à l'arrêt du tabac

Je suis stressé.e

L’arrêt du tabac peut être l’occasion d’apprendre ou de réapprendre à bien réagir face au stress, notamment pour ne pas se laisser submerger par lui.  S’il n’est pas toujours réaliste de vouloir supprimer complètement le facteur stressant, il est par contre envisageable de modifier ses réactions et de changer ce que l’on pense, ce que l’on dit et la façon dont on se sent en cas de stress.

Tout d’abord il faut détruire cette fausse « croyance » comme quoi la cigarette calme le stress. Ceci est IMPOSSIBLE ! Fumer accélère le rythme cardiaque, comment voulez-vous être plus détendu avec un cœur qui bât plus vite ?  La seule chose que fait la cigarette c’est calmer le manque de nicotine, mais en aucun cas elle ne calme le stress.

Pour calmer le stress à l’arrêt du tabac, plusieurs possibilités :

  • Pratiquer une activité physique tous les jours (marche à pied, vélo, …) voire même une activité sportive que vous aimez. Les endorphines sécrétées après l’effort vont vous apporter une sensation de bien-être et gérera beaucoup mieux votre stress sur le long terme qu’une cigarette !
  • Avoir un bon rythme et sommeil de qualité.
  • Faire un exercice de relaxation chaque jour (exercices de respirations, cohérence cardiaque etc…), ainsi que des activités plaisantes (musique, cuisine, jardinage etc…). Vous devez apprendre à avoir un nouveau réflexe comportemental face à une situation stressante, et plus vous anticiperez plus ce sera facilement de changer votre comportement.
  • Avec l’argent économisé des cigarette, allez vous faire masser.
  • Faire des pauses de temps en temps.

Si malgré cela le stress ne passe pas, prenez une forme orale de nicotine (pastilles, gommes, inhaleur ou spray) ou la cigarette électronique . Cela devrait vous aider à calmer votre manque de nicotine.

Arrêter de fumer, constipation, symptômes à l'arrêt du tabac

Depuis que j’ai arrêté de fumer … Je suis constipé.e

Les 3 à 4 semaines après l’arrêt du tabac une modification du transit intestinal peut apparaître à l’arrêt du tabac. Ceci est plus fréquent chez les personnes déjà prédisposées à ce type de trouble. 

La nicotine a un effet stimulant sur l’intestin. De nombreux fumeurs utilisent donc le tabac comme méthode de régularisation du transit : la fameux 3C (café – clope- caca).

Mais fumer peut également causer des dégâts sur le système digestif : brûlures d’estomac, maladies du foie, ulcères de l’estomac, maladie de Crohn ou encore calculs biliaires… Donc en arrêtant de fumer, vous faîtes le bon choix !

Déjà il est important de savoir ce qu’est la constipation ! Le fait de ne plus aller à la selle tous les jours n’est pas une constipation. On parle de constipation lorsqu’il y a moins de 3 selles par semaine. Donc pas de panique si vous n’y allez qu’un jour sur 2 !

La constipation est donc passagère et régresse avec des règles simples :

  • Ne pas restreindre son alimentation
  • Boire 1,5 à 2 l par jour de (boissons non alcoolisées), de préférence entre les repas. Privilégier les eaux riches en Magnésium (Donat®, Hépar®, Contrex®, Badoit® etQuézac®) et un jus de fruits frais le matin à jeun (en privilégiant le 100% pur jus).
  • Consommer au moins 5 portions de fruits et légumes par jour (1 portion = 80g) dont au moins une crudité par jour. On peut privilégier les aliments riches en fibres qui facilitent le transitintestinal comme les salsifis, choux, poireaux, fenouil, légumes secs et fruits secs, prunes, pruneaux, figues, rhubarbe, raisin…
  • Privilégier les aliments complets plutôt que les céréales raffinées (pain, biscottes, pain grillé complets, au son ou aux céréales, préparations à base de son, riz complet, farine de sarrasin…).
  • Consommer des produits laitiers riches en bifidus actif (type Activia®).
  • Evitez de consommer des aliments très concentrés en sucre (gelée de fruits, confiture, miel, chocolat…)
  • Pratiquer une activité physique régulière, au moins 30 minutes d’intensité modérée : marche, vélo, natation, jardinage, gym douce…
  • Un massage abdominal dans le sens des aiguilles d’une montre, pratiqué au moins 2h après le repas, permet de faciliter la digestion et remédier à la constipation.

Si tous ces conseils ne sont pas suffisants, vous pouvez compléter votre apport enfibres par :

  • Des pruneaux ou du jus de pruneaux ou de la rhubarbe…
  • Des compotes, des gommes, des poudres riches en fibres (Fibreline purée de fruits®, Stimulance®…)

Les problèmes digestifs se résolvent généralement en quelques semaines maximum, alors ne laissez pas ces maux renverser votre programme de sevrage tabagique !

Dans tous les cas, ne pas traiter une constipation sans avis médical.

Sources :