Arrêter de fumer, envie de fumer, la dépendance au tabac, La dépendance physique, Les méthodes pour arrêter de fumer, Nicotine, patch de nicotine, substituts nicotiniques, symptômes à l'arrêt du tabac, Test de Fagerström

Les substituts nicotiniques

Pour surmonter la sensation de manque due à la dépendance physique, vous pouvez avoir recours aux substituts nicotiniques.

Si vous avez un Test de Fagerström égal à 3 ou 4, vous pouvez arrêter de fumer sans avoir recours à un substitut nicotinique. Mais en cas de manque ou de difficultés passagères (irritabilité, manque, envie très forte de fumer, sensation de faim…) vous pouvez éventuellement prendre un substitut nicotinique. A parti de 5 au Test de Fagerström ils sont fortement recommandés.

Tous les substituts nicotiniques, quelle que soit leur forme, obéissent au même principe : ils diffusent de la nicotine de manière lente et régulière, contrairement aux pics que procure la cigarette, et permettent ainsi au fumeur de se libérer petit à petit de sa dépendance physique. Leur efficacité dans le traitement de la dépendance physique est largement démontrée par les études scientifiques. Ce traitement double, voire triple les chances d’arrêt à un an.

La durée d’un traitement substitutif nicotinique est variable d’un individu à l’autre.

Il existe plusieurs formes de substituts :

  • Les patchs (forme transdermique)  qui agissent une fois collés sur la peau
  • Les gommes à mâcher, inhaleur, le spray ou les comprimés à la nicotine à sucer ou à faire fondre sous la langue (formes orales).

L’utilisation conjointe de plusieurs formes de substitut nicotinique est conseillé. L’efficacité du traitement est même alors renforcée !

L’Assurance Maladie vous accompagne dans l’arrêt du tabac. Elle rembourse, sur prescription, les substituts nicotiniques.

Ces traitements peuvent être prescrits par de nombreux professionnels de santé : médecins (y compris le médecin du travail), sages-femmes, infirmiers, chirurgiens-dentistes, masseurs-kinésithérapeutes. Les sages-femmes peuvent aussi les prescrire à l’entourage de la femme enceinte ou accouchée. Une prescription d’un de ces professionnels est nécessaire pour pouvoir bénéficier d’un remboursement.

Depuis le 1er janvier 2019, les substituts nicotiniques sont remboursés à 65 % par l’Assurance Maladie. Le ticket modérateur peut être pris en charge par votre complémentaire santé.

Consultez la liste des substituts nicotiniques pris en charge par l’Assurance Maladie.

Il est possible d’utiliser des substituts nicotiniques à partir de l’âge de 15 ans.

Arrêter de fumer, Les méthodes pour arrêter de fumer, patch de nicotine

Comment choisir sa dose de patch ?

Pour que les patchs soient efficaces, il faut que la dose de nicotine soit suffisante, et elle dépend du nombre de cigarettes, mais surtout de l’intensité de l’inhalation :

En moyenne, 1 cigarette = 1mg de nicotine, mais si on aspire fort ça peut monter jusqu’à 2 ou 3 mg par cigarette! Ça change donc la dose du patch !

Donc partez d’autant de mg de nicotine dans les patchs que de cigarettes, puis augmentez  ou diminuez les doses par palier de 7 mg,  et montez ou diminuez jusqu’à vous sentir bien, sans manque, mais sans être sur-dosée non plus.

Exemple : Vous fumez 1 paquet de cigarette = 20 mg de nicotine, choisissez le patch 21 mg

Vous pouvez aussi associer les pastilles, les gommes ou le spray de nicotine avec les patchs, mais aussi la cigarette électronique, cela permet d’adapter précisément la dose de nicotine à vos besoins et à vos journées qui sont toutes différentes.

Il y a beaucoup d’endroits où vous pouvez poser le patch, voici quelques conseils:

  • changez l’emplacement du patch tous les jours (bras et épaules mais aussi ventre, flancs ou bas du dos)
  • la peau doit être saine, propre et sans trop de poils
  • un patch se pose le matin et se garde 24h ou 16h en fonction de votre patch